18 mars 2008

Rama Yade et nos amis chinois

Malgré les violences au Tibet, Rama Yade s'oppose au boycott des JO de Pékin. La secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme préfère la fermeté : "Nous invitons nos amis chinois à accepter l'ouverture davantage sur la question des droits de l'homme". Nul doute que ces courageux propos feront céder nos amis chinois.

Dans les premiers mois de sa présence au gouvernement, on excusait volontiers Rama Yade. Nous ne la pensions pas responsable de son impuissance. Absente de la scène internationale, nous avons découvert peu à peu son visage sur la scène nationale. Sur le traitement que la France réserve aux étrangers, silence. De l'épineuse loi sur la rétention à vie, pas un mot. Puis vint l'affaire du Malodor, ce répulsif anti-sdf dont l'usage, déclare-t-elle, ne la choque pas. Enfin les calomnies de campagne électorale, et ses stupéfiantes menaces de représailles envers ceux qui oseraient s'en plaindre à la Justice.

Et voilà qu'au moment où la Chine massacre un peuple, surgit cette déclaration dont chaque mot trahit l'idée même de secrétariat d'Etat aux Droits de l'Homme. "Nous invitons", "nos amis", "accepter", tous ces mots signifient le désir de non-ingérence, l'absence totale d'hostilité. Pire encore, "accepter l'ouverture davantage", et ce "davantage" qui sous-entend avec cynisme qu'on est sur la bonne voie et qu'il ne s'agit, somme toute, que d'aller un peu plus loin.

Les message envoyé à la Chine est donc "nous ne feront rien contre vous". Aux victimes de la répression chinoise, le message de la France est tout aussi clair : "nous ne ferons rien pour vous". Etait-il vraiment nécessaire que ces sinistres messages soient envoyés par la secrétaire d'Etat chargée des Droits de l'Homme ?
•••

Posté par lecacophone à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Rama Yade et nos amis chinois

Nouveau commentaire