31 janvier 2008

La peur bleue de l'UMP

Pendant que Président Rapetout rapetisse, l'UMP s'agite. Président Je-Suis-Partout d'accord Mais-pas-chez-moi s'il vous plait, c'est le message que lui font passer de plus en plus d'élus de la majorité autrefois monobloc. C'est qu'à l'UMP on a le culte de la personnalité fragile, et le dieu vivant d'hier, depuis sa chute de sondage, est devenu un boulet à la patte des candidats aux municipales.

Aux quatre coins de France, les candidats UMP n'ont qu'une peur : que Nicolas Sarkozy ou l'un de ses ministres vienne les soutenir dans leur circonscription. Si au début ils le chuchotaient, glissant de-ci de-là une petite phrase à destination de l'état-major, aujourd'hui c'est tout haut qu'ils crachent. Dévoilant cette valeur fondatrice de la bonne droite de France : réussis ou meurs. Chacun pour soi.

Et tout piteux, notre mini-président qui tente désormais de se dégager de cette campagne dont il claironnait si fort qu'elle serait sa bataille nationale. Trop tard. Dans les rangs, c'est sauve qui peut. Ensemble tout devient possible, le slogan décidément prend chaque matin un nouveau sens... comique !

Posté par lecacophone à 22:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La peur bleue de l'UMP

Nouveau commentaire