24 février 2008

Dialogue privé

Jean-Pierre Raffarin est devenu célèbre pour ses phrases idiotes. Interrogé sur le "casse-toi pauvre con" de Zyva Sarkozy, il a pondu cette perle :  "C'est un dialogue privé, d'homme à homme, c'est un dialogue volé. Cette vidéo ne me semble pas être un fait politique".

Ne rions pas. C'est vrai, même en visite officielle, entouré de ses gardes du corps, au milieu d'une foule de milliers de personnes se pressant contre lui, sous les micros et les caméras et en compagnie d'un de ses ministres, le président de la République peut parfaitement avoir une conversation privée ! Il est vrai aussi que "allez casse-toi, casse-toi pauvre con" peut constituer un dialogue dès lors qu'on en accepte la rusticité du contenu et le vocabulaire euh... simple. Certes, l'idée de dialogue induit la possibilité d'une réponse, ce qui s'accorde mal avec "casse-toi" qui induit l'idée contraire.  D'homme à homme, en tous cas, ça, c'est sûr ! Encore qu'il y ait d'un côté un homme, de l'autre un homme-et ses gardes du corps-et la police-et la splendeur de sa fonction. Mais le ton est définitivement masculin, si c'est ce que voulait dire Raffarin. Il y a quelques mois, un jeune garçon de 19 ans avait tenté d'établir un dialogue de ce genre avec SuperSarkozy, en privé, d'homme à homme : "je nique Sarko" avait-il crié. Il a pris 4 mois de prison ferme.

Il est vrai enfin que cette vidéo n'est pas un fait politique. Elle est un fait tout court : Nicolas Sarkozy est indigne de la fonction de Président de la République française.
•••

Posté par lecacophone à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Dialogue privé

Nouveau commentaire